A la suite de l’abolition du despotisme tsariste, lors de la révolution de 1917, des perspectives de relations nouvelles et libres entre les peuples, jusque là assujettis au joug violent de l’État russe, se profitèrent à l’horizon du monde du travail. L’idée d’une totale autodétermination, jusque et y compris la séparation complète d’avec l’État, naquit ainsi naturellement chez les peuples. Cela s’exprima de manière très nette en Ukraine, sans connaître tout de suite une formulation bien définie. Des dizaines de groupes de toutes tendances apparurent parmi la population ukrainienne ; chacun d’entre eux interprèta à sa façon et conformément à ses intérêt de parti l’idée d’autodétermination. Dans leur ensemble, les masses laborieuses d’Ukraine ne sympatisérent pas avec ces groupes et n’y adhérèrent pas.

Plus de sept ans ont passé depuis, l’attitude des travailleurs ukrainiens envers l’idée d’autodétermination s’est approfondie et leur compréhension c’est accrue. Désormais, ils sympathisent avec elle et le montrent souvent dans leur vie. Ainsi, ils revendiquent, par exemple l’usage de leur langue et le droit à leur propre culture, considérées avant la révolution comme parias. Ils revendiquent aussi le droit d’appliquer dans leur vie leur propre mode de vie et leurs coutumes spécifiques. Dans le but d’édifier un état ukrainien indépendant, certains messieurs étatistes voudraient bien récupérer pour leur propre compte toutes ces manifestation naturelles de la réalité Ukrainienne, contre laquelle d’ailleurs les bolcheviks sont impuissants à lutter, malgré leur omnipotence. Pourtant ces messieurs étatistes ne parviennent pas à entraîner à leur suites les grandes masses des travailleurs et encore moins de les immobiliser par ce biais pour la lutte contre le parti bolchevik oppresseur. Le sain instinct des travailleurs ukrainiens et leur pénible condition sous le joug bolchevik ne les empêche pas d’oublier le danger étatique en général. C’est pour cette raison qu’ils se tiennent à l’écart de cette tendance chauvine et ne la mêlent pas leurs aspirations sociales, cherchant leur propre voie vers l’émancipation.

Il y a de quoi réfléchir sérieusement pour tous les révolutionnaires ukrianiens et pour les communistes libertaires en particulier, s’il s veulent mener par la suite un travail conséquent parmi les travailleurs ukrainiens

Ce travail ne pourra cependant pas être mené de la même façon que lors des années 1918 - 1920, car la réalité du pays à beaucoup changé. A l’époque la population laborieuse ukrainienne, qui avait joué un rôle si important dans l’écrasement de tous les mercenaires de la bourgeoisie - Dénikine, Pétlioura et Wrangel -, n’avait jamais pu imaginer quelle se retrouverait, à l’issue de la révolution, ignomineusement trompée et exploitée par les bolcheviks.

C’était l’époque où tous luttaient contre la restauration de l’ordre tsariste. Il n’y eu alors pas assez de temps pour examiner et vérifier tous les "intrus" qui venaient se joindre à la lutte. La foi en la révolution dominait sur toutes les considérations possibles sur la qualité de ses "intrus", sur les questions que l’on aurait pu se poser à leur sujet : fallait-il les considérer comme des amis ou des ennemis ? En cette période, les travailleurs marchaient sus à la contre révolution n étant seulement compte que de ceux qui venaient se joindre à eux au premier rang pour affronter sans peur la révolution.

Depuis, la psychologie des travailleurs ukrainiens à beaucoup changé ; ils ont eu le temps de se familiariser à satiété avec les "intrus" à leur cause, et dorénavant ils tiennent compte de manière plus critique de ce qu’ils ont conquis par la révolution, du moins ce qu’il en leur est resté. A travers ces "intrus", ils reconnaissent leurs ennemis directs, bien que ceux-ci s’ukrainisent et agitent le drapeau du socialisme, car, dans les faits, ils les voient agir dans le sens d’une plus grande exploitation du Travail. Ils prennent clairement conscience que c’est la caste des socialistes, exploiteurs rapaces, qui leur à confisqué toutes leurs conquêtes révolutionnaires. En bref, c’est pour eux quelque chose comme l’occupation allemande camouflée sous toutes sortes de tour de passe-passe bolcheviks.

Cette occupation masquée provoque chez les masses un courant nationaliste certain, dirigé contre les "intrus". Ce n’est pas en vain que les messieurs les bolcheviks gouvernent l’Ukraine depuis Moscou, en se dissimulant derrière leur pantin ukrainien : c’est la haine croissante des masses ukrainiennes qui les incitent à procéder ainsi. Ce sont les conditions même du despotisme bolchevik qui poussent les travailleurs ukrainiens à rechercher des moyens qui leur permettraient de renverser et de s’orienter vers la voie d’une société nouvelle réellement libre. Les bolcheviks ne sommeillent pas pour autant et tentent de s’adapter à tout prix à la réalité Ukrainienne. En 1923, ils s’y sont retrouvé comme des brebis égarées ; depuis ils ont modifié leurs tactiques en se hâtant d’aller à la rencontre de la réalité ukrainienne. Plus encore, ils se sont hâte de lier l’existence du bolchevisme avec celle du nationalisme et ont ajouté à ce propos, dans la constitution de l’URSS", des articles précis accordant le droit à tout peuple membre cette Union à s’autodéterminer pleinement, jusqu’à s’en séparer. Tout cela n’est bien entendu qu’hypocrisie. Comment cette attitude bolchévique va-t-elle évoluer ? Les prochaines années nous le montreront. C’est en tenant compte de ces conditions nouvelles - la haine des travailleurs ukrainiens à l’égard des "intrus" et du bolchevisme nationaliste - que les anarchistes doivent aborder la réalité ukrianienne. Nous estimons que leur principale tâche actuelle est d’expliquer au masses que tout le mal ne vient pas d’une autorité "intruse", mais de toute autorité en général. L’histoire des récentes année fournira un argument de poids pour leur thèse, car l’Ukraine à vu défiler toute sorte de pouvoir qui, en fin de compte, se ressemblaient comme deux gouttes d’eau. Nous devons démontrer que pouvoir d’État "intrus" ou pouvoir d’État "indépendant", tout deux se valent et les travailleurs n’ont rien a y gagner ; ils doivent concentrer toute leur attention sur autre chose : la destruction des foyer de l’appareil d’État et leur remplacement par des organes ouvriers et paysan d’autodirection sociale et économique.

Malgré tout, en abordant la question nationale, nous ne devons pas oublier les dernières particularités ukrainiennes. On parle maintenant en ukrainien et, du fait même de la nouvelle tendance nationaliste, on y écoute mal ceux qui viennent de l’extérieur et ne parlent pas la langue du pays. C’est un aspect ethnique dont il convient de tenir compte au plus haut point. Si, jusqu’à présent, les anarchistes n’on bénéficié que d’une faible audience parmi la paysannerie ukrainienne, c’est parcequ’ils se groupaient surtout dans les villes et, en outre, ne pratiquaient pas la langue nationale ukrainienne.

La vie ukrainienne est riche de toutes sortes de possibilités, en particulier d’un mouvement révolutionnaire de masse. Les anarchistes ont de fortes chances d’influencer sur ce mouvement, d’en devenir même les inspirateurs, à la seule condition de se mettre à l’unisson de la diversité de la réalité et de se placer en position de combat singulier, direct et éclairé, contre les forces hostiles des travailleurs qui s’y sont incrustées. Il n’est possible de s’acquitter de cette tâche qu’au moyen, d’une puissante et grande organisation anarchiste ukrainienne. Il appartient aux anarchistes ukrainiens d’y penser sérieusement et dès maintenant.