Especifisme/Especifismo

L'Especifismo ou Especifisme est une conception de l'organisation anarchiste. Le terme est utilisé et a été défendu pour la première fois par la Fédération anarchiste uruguayenne (FAU), avec laquelle il fait référence au courant anarchiste qui a défendu historiquement la nécessité d'une organisation anarchiste spécifique. Ainsi, l'organisation spécifique estime que la lutte doit se dérouler à deux niveaux distincts : celui de l'organisation anarchiste et celui des mouvements populaires - qui doivent se former en fonction des besoins et ne pas se limiter à une idéologie particulière comme dans le cas de l'anarcho-syndicalisme. Ce modèle d'organisation trouve ses fondements dans l'anarchisme classique, tel qu'il a été défendu par Mikhaïl Bakounine, Errico Malatesta, les exilés russes de Dielo Truda, entre autres. Bakounine préconisait un tel modèle pour l'Alliance de la démocratie socialiste, alors que dans son rôle au sein de l'Association internationale des travailleurs (AIT), Malatesta défendait des positions similaires dans sa formulation du "parti anarchiste", et, de même, Dielo Truda dans la Plate-forme organisationnelle des communistes libertaires. Des positions similaires ont été défendues à différentes époques et en différents lieux par les anarchistes-communistes qui défendaient une ligne "organisationnelle" de l'anarchisme, fondée sur l'organisation et la volonté des travailleurs de promouvoir le changement social par des mouvements de masse. Depuis le XIXe siècle, d'autres concepts ont été incorporés à ce que l'on considère aujourd'hui comme l'"especifismo" prôné par un certain nombre d'organisations anarchistes d'Amérique latine : la compréhension de l'anarchisme comme une idéologie et, par conséquent, un lien nécessaire avec une pratique politique ayant pour objectif la transformation sociale ; l'organisation comme élément indispensable de la lutte ; la conception de l'organisation anarchiste spécifique comme organisation d'une minorité active ; la centralité de la lutte des classes et la priorité du travail social avec les mouvements populaires (mouvements sociaux, syndicats, etc. ) ; l'unité théorique et idéologique ; une stratégie et une tactique unifiées ; un processus décisionnel marqué par la recherche du consensus et, à défaut, par le vote ; et l'accent mis sur l'engagement des militants. En dehors de l'Amérique latine, les organisations qui défendent des positions similaires à celle d'Especifismo se définissent comme des anarchistes-communistes - d'inspiration plateformiste.

Synthese/Synthesism

La discussion sur la synthèse anarchiste naît dans le contexte de la discussion sur la Plate-forme d'organisation des communistes libertaires, écrite par le groupe d'exilés russes Dielo Truda en 1926. Deux textes rédigés en réponse à la Plate-forme, proposant chacun des modèles différents, sont à la base de ce qui sera connu sous le nom d'organisation de la synthèse, ou simplement de "synthétisme". Le premier texte, de Sébastien Faure, a été écrit en 1928 et soutient que l'anarchisme est caractérisé par trois courants fondamentaux : l'anarcho-syndicalisme, le communisme libertaire et l'anarcho-individualisme. Selon lui, ces courants ne sont pas contradictoires mais complémentaires, chacun ayant un rôle au sein de l'anarchisme : l'anarcho-syndicalisme comme force des organisations de masse et meilleure voie pour la pratique de l'anarchisme ; le communisme libertaire comme proposition de société future basée sur la distribution des fruits du travail selon les besoins de chacun ; l'anarcho-individualisme comme négation de l'oppression et affirmation du droit individuel au développement de l'individu, en cherchant à lui plaire en tout point. Le second texte, de Voline, a été écrit en 1934 et soutient qu'il est nécessaire de synthétiser les différents courants anarchistes de façon "harmonieuse, ordonnée, achevée". S'inspirant des lignes destinées à construire l'organisation anarchiste russe Nabat, Volin revendique, à l'instar de Faure, un modèle d'organisation dans lequel le syndicalisme est considéré comme la méthode de la révolution sociale, le communisme libertaire constitue l'organisation de la nouvelle société, et l'individualisme devient le but de la société post-révolutionnaire, visant l'émancipation et le bonheur de l'individu. Pour lui, ce serait une erreur d'opposer les courants anarchistes les uns aux autres, et plus productif serait de les fusionner dans un "anarchisme synthétique", essentiel à ses yeux. Actuellement, l'organisation anarchiste synthésiste qui s'exprime le plus est la Fédération anarchiste (FA) de France.